« Les Prohibés » : oser l'Art classique et le Beau

« Les Prohibés » : oser l'Art classique et le Beau

Fondé en 2021, Les Prohibés est un collectif d’artistes et d’artisans français adeptes d’un art classique et traditionnel, à rebours des excentricités modernes vides de sens. Aujourd’hui, l’association passe un cap et lance sa plateforme de vente en ligne. Entretien avec Valentin, responsable de l’association.

 

UBD : Parlez-nous des Prohibés : comment le collectif a-t-il été créé ?

Valentin : Je suis moi-même poète et j’évoquais régulièrement avec l'artiste qui est devenue la cofondatrice, Clémence, l’invisibilisation des artistes patriotes et la mainmise de la gauche sur le milieu culturel français. Nous nous sommes dit qu'il fallait fédérer les artistes et artisans aux valeurs enracinées, ayant la France comme leitmotiv de leurs créations ; que c'était une chose capitale, et qu'il était temps de se montrer en force en frappant un grand coup ! Après une soirée passée à évoquer ce projet plus en détail, nous nous sommes lancés dans le projet.

Nous avons choisi le nom « Les Prohibés » comme un clin d’œil vis-à-vis de cette invisibilisation que rencontrent les artistes souhaitant faire vivre un art ancré sur nos traditions. En effet, il est difficile de trouver une exposition médiatique, un relais, si on ne crée pas avec les codes du mainstream culturel omniprésent.


Visuel de Blasteneimer

« Les Prohibés » veut donc promouvoir ces créateurs faisant une place au patrimoine français, son histoire, sa culture, sa religion : nous souhaitons remettre le Beau et l’enracinement au centre de nos arts et perpétuer des techniques traditionnelles. J’aime penser qu’ainsi nous œuvrons à la promotion de la France et à son soft power.

Aujourd’hui, le projet a pris de l’ampleur : nous sommes 4 dans le bureau exécutif et nous sommes un collectif de plus de 80 artistes et artisans. Nous étions présents au colloque de l’Institut Iliade et nous avons eu d'excellents retours sur notre présence. Nous avons été surpris de voir à quel point notre collectif était connu par les gens : le bouche-à-oreille commence à fonctionner...

 

Ça en fait du monde ! Qui sont les artistes au sein de votre collectif et comment en faire partie ?

Nous sommes assez diversifiés ! Nous avons des artistes comme des dessinateurs, des peintres, des sculpteurs, des poètes, des musiciens ou des comédiens... Mais aussi des artisans, avec des couteliers, des bijoutiers, des maroquiniers par exemple. Nous avons également des créateurs de contenus vidéo, de visuels, œuvrant à la glorification d’une France actuelle et de son passé. En cela, nous sommes assez hétéroclites dans notre recherche d’artistes, mais tous ont le point commun de créer pour la France.

 Lire notre article : Être un peintre classique en 2023 – l'œuvre de Victor Ursi (membre des Prohibés)

Pour nous rejoindre, l’artiste, qu’il soit amateur ou professionnel, doit être Français et inscrire son art dans l’héritage français. La qualité du travail est un critère important : l’arbitraire du Beau guide aussi nos choix !

À noter que nous manquons un peu d’artistes musicaux : appel aux volontaires !

 

Pouvez-vous nous parler de votre vision du Beau dans l’art ?

Notre Beau est subjectif et arbitraire, mais assez instinctif : c'est un certain réalisme dans l'art, des proportions respectées, des thèmes glorieux, sacrés, et qui font sens. On ne veut pas de cet art abstrait qui ne représente rien, sans aucune culture, qui ne transmet rien.

Au contraire, nous voulons l'émotion qui s'exprime grâce à une technique parfaite. Le Beau, tout simplement, c'est reproduire ce qui a déjà été fait dans l'art en y ajoutant juste des sujets contemporains. Dans ce présent qui détruit, le Beau c'est être conservateur. La transmission est très importante pour nous.

Entretien avec Les Prohibés par Grégory Roose

 

Quel avantage y a-t-il à faire partie du collectif Les Prohibés ?

Notre collectif est notre force, il y a une émulation certaine dans notre groupe avec les 80 artistes et artisans qui le composent. Nous proposons une mise en avant permanente de leurs travaux artistiques sur nos réseaux, nous les mettons en contact avec des médias, nous leurs trouvons des événements où ils peuvent exposer. Nous travaillons à la visibilité de tous les artistes, y compris ceux dont l’art est moins directement visuel (en participant à des événements par exemple).

Dès septembre, notre site e-commerce sera également leur plateforme de vente. Notre chaîne YouTube pourra également les promouvoir. Notre extension ne fait que commencer, et nos artistes seront poussés par elle !

L’adhésion aux Prohibés peut être un tournant pour un artiste : Barthélemy Fourtet par exemple, bijoutier au talent incroyable, avait une petite visibilité sur sa page Instagram personnelle. Depuis son entrée au sein des Prohibés, il a pu doubler son audience. Nous lui avons fourni les contacts pour passer dans des émissions YouTube telles que « Sunrise », de Nicolas Faure, ou « AurorArt », de Grégory Roose. Il a ainsi pu participer avec nous à des salons pour exposer et vendre ses produits : il a désormais une certaine notoriété, et son travail est grandement reconnu ainsi qu'apprécié.

 

 

Vous avez entrepris une levée de fonds pour un site internet : de quoi s’agit-il ?

Nous sommes en train de créer un site internet sur lequel nos artistes et artisans pourront vendre leurs créations. Le site comportera également une page par artisan pour les présenter eux et leur travail, en plus de vendre leurs créations.  

Actuellement, les cotisations des adhérents (30€/an) sont nos seules sources de revenus, et sont insuffisantes pour couvrir les frais d’un site internet (5000€), d’où la levée de fonds. Nous travaillons avec un webdesigner patriote. À terme, l’association touchera 10% de chaque vente sur la plateforme.

 

 La vidéo d’annonce, vue plus de 17 000 fois

 

Cette collecte est basée sur des paliers attribués à nos artistes, qui enverront, en contrepartie d'un don, une de leurs créations que nous leur paieront. Par exemple, pour un don de 30€, nous donnons 10€ à notre artiste illustrateur « Ars Gallico » pour qu'il puisse offrir en cadeau un de ses dessins. Aussi, nous faisons un post chaque jour sur un des artistes qui figurera sur le site. En nous soutenant, vous les soutenez eux ! Car on oublie trop souvent à quel point le travail artistique est un travail, justement, qui demande du temps et qui mérite salaire.

 

Je crois savoir que vous avez beaucoup d’autres projets : dites-nous-en plus !

L’étape suivante, si nous arrivons à récolter plus de fonds, serait de créer une chaîne YouTube pérenne, où on irait au contact des artistes et artisans afin de présenter leur travail en direct de leurs ateliers. Nous avons déjà quatre épisodes filmés mais nous souhaiterions rémunérer notre équipe de tournage.

Nous voudrions aussi lancer, d’ici l’été 2024, notre propre festival où nos artistes exposeront leurs créations. Il y aura une partie concert avec nos musiciens… Il y a énormément à faire et nous avons beaucoup de projets pour la suite !

Il ne faut plus avoir peur de s'affirmer. Plus nous serons, plus nous pèserons dans le milieu artistique français. Nous devons être le pendant culturel enraciné de cette culture du mainstream : la Beauté sauvera la France !

 

Merci aux Prohibés pour leurs réponses et leur travail !
La cagnotte est ouverte jusqu'au 30 juin : participez ici

 

Suivre Les Prohibés (et les rejoindre !) :

  • Sur Instagram
  • Sur Telegram
  • Participer à la collecte : HelloAsso
  • Si vous êtes un artiste, contactez-les en MP sur Instagram et soumettez votre travail artistique.

 

Stéphanie Toussaint

Retour au blog

Laisser un commentaire

1 de 4

Si vous souhaitez nous soutenir :

1 de 12